dimanche 6 mai 2018

Barbe et favoris chez l'Orpington ?

C'est tout à fait par hasard, alors que deux éleveurs nous demandaient des explications à son propos, que nous avons découvert, dans le compte-rendu du 20 janvier 2018 de la commission française des standards volailles, qu'une information majeure concernait l'Orpington :

6 - Informations diverses sur les races : 
- Orpington. A partir de 2018, tout sujet ayant une barbe et/ou des favoris obtiendra la note de 0 - éliminé.
 http://volaillepoultry.pagesperso-orange.fr/CRco20janv2018.pdf

Pour situer l'origine de ce point 6, il faut comprendre qu'il n'y a pas de barbe et de favoris chez l'Orpington dans le standard français et dans celui des autres pays européens. Mais la barbe et les favoris existent pour d'autres races. Il s'agit de l'emplumage du bas de la face et de la gorge qui, généralement, couvre ou masque les barbillons. Les favoris sont une partie de cette barbe dirigée vers les côtés, implantée sur les joues et recouvrant les oreillons.

Visiblement la commission des standards considère qu'il existe une tendance à l'apparition de barbe et de favoris chez l'Orpington. Cette commission souhaite donc sanctionner gravement le phénomène pour l'enrayer, on imagine...

L'Orpington Club de France a déjà abordé cette question de manière plus ou moins formelle entre éleveurs et parfois juges appartenant à la commission des standards. A défaut de certitudes, une hypothèse forte a émergé considérant qu'à défaut de barbe, en réalité il s'agit d'un excès de chair lié au volume de l'animal (typique chez la  variété fauve). Cette chair n'est donc pas une barde et ne doit pas être sanctionnée. Mais, avec ce nouvel outil, en exposition, des juges connaissant vaguement la race et son évolution des 10 dernières années pourront ainsi mettre un 0 éliminatoire en pensant être de bonne foi. "Une arme de destruction massive" pour un détail bien subjectif ... !

Ne nous méprenons pas, notre club est conscient de la nécessité vitale de la commission des standards volailles, comme clé de voûte mais aussi tout le chemin qu'elle a accompli. Pour autant, notre club apprécierait avoir l'occasion d'être consulté avant d'être mis devant le fait accompli au travers de décisions unilatérales TRES discutables. Il faut noter que l'ensemble des autres standards européens ne sanctionnent pas ce point (il reste d'ailleurs encore à démonter de manière factuelle la réalité de son existence). Notons que la question à été plus ou moins abordée en 2011 par l'Entente Européenne : "Les faces fortement emplumées chez l'Orpington doivent être punies." Pohlheim 2011 (réf : http://www.entente-ee.com/wp-content/uploads/Decisions-2017f.pdf). Cette digression ne fait pas autorité à ce jour, en tout cas, aucune information et aucun texte officiel sur cette question ne nous a été communiquée.

Le club participe à de nombreuses expositions à l'étranger avec la rage de représenter son pays et de participer aux dynamiques qui peuvent exister ailleurs. Il ne faudrait pas que les éleveurs les plus investis finissent par ne travailler et n'exposer qu'avec la majorité, hors des frontières. Cette décision unilatérale à effet immédiat sanctionne potentiellement la saison d'élevage d'un certain nombre d'éleveurs. Pour être clair, il est difficile de faire une lignée pour la France et une pour les autres pays.

Pour conclure, un dialogue concerté aurait certainement permis de pondérer quelques certitudes, ou tout au moins, permis de préparer le terrain pour les éleveurs qui sont quand même le terreau de l'aviculture.