lundi 12 décembre 2016

Rémiges, le 10 de der ou la prime au 96 ?


A l’aube de la nouvelle période de reproduction, et dans la perspective des participations aux prochains concours avicoles, il y a des informations qui semblent anodines alors qu’elles sont en réalité déterminantes, et qu’il est nécessaire de connaître pour parfaire ses choix de sélection.

A la lecture du compte rendu de la réunion de la commission européenne des standards volaille qui a eu lieu à Pohleim, du 20 au 22 mars 2015, on apprend que les membres de cette commission s’inquiètent du nombre de rémiges primaires des poules Brahma qui varie de 11 à 13 alors qu’il devrait être de 10 (sur quelle base ?). Un tableau récapitule alors ce nombre variable pour un certain nombre de races relevé à l’occasion d’expositions en Belgique. A la sortie de la discussion, il est décidé que la note maximum de 95 est attribuée pour un nombre incorrect des rémiges primaires à partir de la saison d‘exposition 2016.


___________________________________Encadré__
L’entente européenne a été fondée en 1938… et oui, il s’agit d’une organisation d’âge mûr ! En tant qu’organisation d’utilité publique, l’EE s’est donnée pour tâche de réunir toutes les organisations européennes de petits animaux. En plus de son but premier qui est de rapprocher des personnes qui ont une passion commune, l’association désire également traiter, avec l’ensemble de ses membres, les problèmes techniques liés à l’élevage des races indigènes de petits animaux. Le volet des expositions et de l’appréciation des animaux est aussi très largement soutenu au sein de cette organisation. Un des objectifs qui nous concerne très directement est l’application par les juges de manière uniforme des standards pour les races européennes. Cela implique beaucoup de discussions, d’implication et de souplesse, un travail de diplomatie en somme.
La France est membre de l’E.E parmi 31 pays par l’intermédiaire de la Société Centrale d’Aviculture de France et est en principe enclin à faire adopter par les différents corps techniques de France les décisions prises par l’Entente Européenne.
______________________________________________________________________

Sur le compte rendu de la réunion de la commission européenne des standards volaille qui a eu lieu à nouveau à Pohleim du 11 au 13 mars 2016, cette question est à nouveau abordée. Un tableau récapitulatif du problème des 10 rémiges apparaît pour la Belgique, la Suisse et l’Allemagne. La décision prise l’année précédente est donc confirmée.

Coup de théâtre, sur le compte rendu de la réunion de la commission européenne des standards volaille qui a eu lieu à Sursee du 16 au 17 septembre 2016, on apprend que l’Allemagne a fait un recours contre cette décision. Il semble que la contestation vienne d’une personne mais de nombreux clubs et juges sont d’accord avec ce recours. Ils demandent au moins une année moratoire. Il semble cependant que la majorité de la commission allemande soit favorable à la décision de la commission européenne mais elle subirait une forte pression de la part de certains clubs. Après quelques incertitudes et discussions, le Président de la commission décide avoir des explications avec les dirigeants allemands. L’idée de ne pas tenir compte de la décision de la commission européenne est adoptée mais seulement pendant un an et uniquement pour l’Allemagne.

L’Orpington Club de France prend acte de ces décisions et s’empresse d’en informer, ici, ses membres, pour que d’ores et déjà ils commencent à en tenir compte pour le choix de leurs reproducteurs et pour la conduite de leur élevage. Il est à noter que de nombreux éleveurs d’Orpingtons ont constaté que certains sujets comptent parfois 11 à 12 rémiges, c’est un fait.

Malgré tout, et suite à quelques conversations informelles entre de nombreux éleveurs, il est nécessaire de souligner que cette décision rapide semble avoir un impact insignifiant ou négatif, pour le moment, sur la réalité de terrain. Une décision comme celle-ci (et il en faut certainement) nécessite quand même le temps de la pédagogie, et surtout celui des premiers résultats qui s’étalent sur au moins deux à trois saisons.
La perspective de l’Européenne Orpington 2017 organisée par notre club inquiète les éleveurs et les organisateurs. Avec l’Allemagne mal disposée à appliquer cette nouvelle règle et de nombreux éleveurs européens mal à l’aise avec elle, aurons-nous des 96 ?

Les comptes rendus de l’E.E sont publics et c’est un bienfait ; nos remarques le sont aussi, c’est un minimum. Nous espérons dans l’avenir pouvoir être un relais fiable, et pourquoi pas un partenaire de choix dans les discussions lorsqu’elles concernent très directement la conduite de nos élevages, et bien entendu l’intérêt direct de nos projets et de notre chère Orpington.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Attention, votre message est contrôlé avant d'être publié.