samedi 15 août 2015

Mrs William Cook, vous avez dit Orpington ?

Il est toujours intéressant de regarder les pratiques du passé pour comprendre où nous en sommes aujourd’hui. Si cette sage attitude est valable pour l’ensemble de notre quotidien, elle l’est aussi  pour notre volaille orpington et l’évolution de son standard.

Image 1 - Coq et poule orpington, type perfectionné des Anglais, Journal des éleveurs +/- 1900
Ce document original (voir image 1), provenant du « Journal des éleveurs » édité autour de 1900 et qui représente un coq et une poule de la race orpington d’origine anglaise, nous permet de nous rendre compte à quoi ressemble l’orpington originale. Il nous rappelle surtout que l’orpington provient de croisements opérés entre la volaille de race minorque noire (originaire d’Espagne) et de la volaille de la race plymouth rock (originaire des Etats-Unis). Les jeunes issus de ce croisement ont été ensuite croisés avec la volaille de la race croad langshan (originaire de Chine).

Le type de l'orpington en cette fin de 19ème siècle est loin de celui que nous connaissons aujourd’hui. La volaille était bien plus élancée, et ne présente pas le  bouffant des plumes typique d'aujourd'hui, entre autre. Le plus intriguant est indéniablement la forme de la crête de cette représentation ancienne.

Image 2 - Couple d’australop - Image : barterandsons.com.au
L’australop, une autre race (originaire d’Australie), correspond en réalité aux premières orpingtons que William Cook exporta en Australie. Les australiens ont gardé à peu de chose près le type originel de l'orpington jusqu'à nos jours. Les sujets représentés sur ce document original en témoigne, particulièrement lorsqu'ils sont comparés au australop d'aujourd'hui (voir image 2).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Attention, votre message est contrôlé avant d'être publié.