jeudi 20 avril 2017

Ma passion : les Orpingtons



A vingt-neuf ans, cela fait déjà dix-sept ans que j’ai eu mes premières orpingtons. Même si l’orpington n’est pas la seule race de poule que j’ai possédée, c’est avec certitude et celà depuis 2007 celle qui me passionne avant tout. Je me suis découvert à cette belle passion qu’est l’aviculture lors de la visite d’une petite exposition avicole locale avec ma classe de CM2. A l’époque je potassai beaucoup de livre sur les volailles et je me souviens avoir lu dans l’un d’entre eux que l’orpington était une race facile à élever qui convenait bien aux débutants dans l’aviculture. Je sais bien aujourd’hui que cela est faux et que notre race l’orpington est loin d’être une race facile.

dimanche 9 avril 2017

Orpington Jeunes

Une vidéo qui illustre les naissance 2017 : ici une nuée de GR variétés argenté liseré noir et rouge.

lundi 27 mars 2017

11 928 personnes atteintes

En 18 jours, cette publication sur la page Facebook a recueilli 11 928 vues, 376 "j'aime", 59 partages et 14 commentaires. Notre chère orpington semble être bien appréciée !!

mercredi 8 mars 2017

Levure de bière et vitamine B

Chaque éleveur a rencontré un jour le problème du poussin qui est là, dans l'œuf, prêt à sortir, mais qui malheureusement ne sort pas, ou alors réussit juste à casser la coquille, y passer le bout de son bec et finit par mourir ! Ce problème est un problème qui concerne plutôt les grandes races et moins les races naines. Si les questions d’hygrométrie et de température de la couveuse sont écartées, une hypothèse très sérieuse indique que ce phénomène provient d'un déficit de vitamines et une en particulier : la vitamine B, qui est LA vitamine anti-stress. Les œufs en couveuse subissent un stress beaucoup plus important (bruit, changement de température, humidité...) que sous la poule. L'embryon consomme alors beaucoup plus rapidement cette vitamine essentielle durant l'incubation et arrivé en fin de cycle, il est épuisé, et ne parvient pas à faire le dernier effort : sortir de son oeuf ! Il semble que ce phénomène de surconsommation de vitamine B arrive autour du 18ème jour.

Cette vitamine, c'est la poule qui la transmet à l'œuf, et donc à l'embryon, il est donc très judicieux d’en effectuer un apport régulier. Pour cela, il existe un complément alimentaire très intéressant : la levure de bière en poudre. Il s’agit de l’ajouter dans les pâtées ou en cachet (1 cachet par semaine, voir la posologie poids/quantité) au moins 9 semaines avant les premières éclosions. La vitamine B est également présente dans les épluchures de pomme, les huiles d'arachide, les germes de blé, les fruits secs (noisette, noix...). Elle participe également à la fertilité des coqs en général, et plus particulièrement pour les coqs âgés. La vitamine B est une vitamine à ne pas négliger en période de reproduction, même si on utilise des granulés complets qui en sont généralement quasiment exempts.
Brève inspirée de l'article "Not every egg hatches" publié dans le magazine On-Line de Aviculture-Europe.nl :  http://www.aviculture-europe.nl

mardi 14 février 2017

Homologations 2016

Suite à la réunion de la commission des standards à PARIS le samedi 21 janvier 2017, les membres présents ont examiné plusieurs demandes d’homologation :
- Orpington chocolat caillouté blanc RN
- Orpington argenté liseré noir GR
- Orpington splash GR.
A l’unanimité des membres présents, la commission émet un avis favorable quant à l’homologation définitive de l’Orpington chocolat caillouté blanc RN qui sera rajoutée au standard actuel. Les animaux présentés à l’exposition de Challans le 28/10/2016 étaient dans l’ensemble conformes au standard en type, masse et coloris. C’est une bonne nouvelle pour les amateurs de cette variété. Nous pouvons remercier ici les éleveurs qui se sont engagés dans ce processus difficile. C’est un effort particulièrement long - 3 ans - qui a été mené courageusement par Sylvaine Badiola.
Concernant l’Orpington argenté liseré noir GR, les animaux présentés à l’exposition de Challans le 28/10/16 étaient conformes au standard en forme, masse et dessin. A l’unanimité des membres présents, la commission des standards entérine cette 2ème année du processus d’homologation. Il faudra présenter 12 sujets de 2016 et 2017 pour la 3ème année du processus d’homologation. Il faudra également tenir compte des remarques émises par les juges, améliorer les liserés, corriger le maillage et éliminer le poivrage. Le processus est donc en bonne voie !
Enfin, l’Orpington splash GR à bénéficié d’un nouveau protocole concernant l’homologation de la variété splash (toute les races confondues) en février 2014, ou une seule présentation de 12 sujets peut suffire si la race existe en bleu et en noir. Cette variété pour notre race ayant déjà connus plusieurs présentations dans l'objectif de son homologation ; une avant février 2014 et une seconde à l’exposition de Challans le 28/10/16, la commission à donc un avis favorable quant à l’homologation définitive de cette variété qui sera rajoutée au standard actuel. Malgré tout, il faudra tenir compte des remarques émises par les juges, améliorer les coloris avec moins de reflets pailleux et des queues plus pleines.

lundi 12 décembre 2016

Rémiges, le 10 de der ou la prime au 96 ?


A l’aube de la nouvelle période de reproduction, et dans la perspective des participations aux prochains concours avicoles, il y a des informations qui semblent anodines alors qu’elles sont en réalité déterminantes, et qu’il est nécessaire de connaître pour parfaire ses choix de sélection.

A la lecture du compte rendu de la réunion de la commission européenne des standards volaille qui a eu lieu à Pohleim, du 20 au 22 mars 2015, on apprend que les membres de cette commission s’inquiètent du nombre de rémiges primaires des poules Brahma qui varie de 11 à 13 alors qu’il devrait être de 10 (sur quelle base ?). Un tableau récapitule alors ce nombre variable pour un certain nombre de races relevé à l’occasion d’expositions en Belgique. A la sortie de la discussion, il est décidé que la note maximum de 95 est attribuée pour un nombre incorrect des rémiges primaires à partir de la saison d‘exposition 2016.

mardi 29 novembre 2016

Will Burdett, Mister Orpington à jamais

C'est au mois d'octobre dernier que nous apprenions la disparition de Will Burdett, un des "gardiens" de la race Orpington en Angleterre.

La passion de l'Orpington est certainement un gène familial puisque le père de Will, John, créa en 1927 la première Orpington naine variété noire. Will créa par la suite les variétés bleue et blanche toujours en naine. Will Burdett, en plus d'être un éleveur de haut niveau fut aussi un auteur prolixe en ce qui concerne l'Orpington : il est à l'origine d'un ouvrage de référence "The Orpington Fowl" dont la première édition a inspiré le logo de notre club national ... une forme d'hommage assumée.

C'est d'ailleurs avec cet esprit d'hommage respectueux que nous vous proposons une interview de Will Burdett publié en 2013 dans le magazine anglais "Fancy Fowls" et pour lequel nous avons eu l'accord de traduction.